Rechercher
immo213

Dossiers

ANNABA- Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a réitéré mercredi à Annaba l’engagement du gouvernement à achever le programme de la formule AADL (Agence de l’amélioration et de développement du logement), malgré les difficultés financières induites par la chute des prix du pétrole. "185.000 logements de cette formule (AADL) sont en cours de réalisation à travers le pays", a déclaré M. Sellal lors de la cérémonie de remise des clefs aux souscripteurs AADL à la cité 508/900 logements située à Berrahal. Il a ajouté que "8.000 souscripteurs AADL à Alger bénéficieront de leurs logements avant le mois du ramadhan prochain". "Nonobstant les difficultés financières que vit l'Algérie actuellement, conséquemment à la chute des prix du baril, le gouvernement poursuivra ses programmes sociaux, notamment ceux relatifs à l’habitat, conformément aux orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika", a-t-il affirmé. La cité AADL, visitée par le Premier ministre, a été baptisée au nom du moudjahid Labied Brahim.

APS.DZ

La convention a été signée en marge de la journée d'études sur le développement de la formation professionnelle dans les métiers du bâtiment, par le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville, Abdelmadjid Tebboune et le ministre de la Formation et l'enseignement professionnels, Mohamed Mebarki en présence de cadres des deux secteurs. La convention porte notamment sur la prise en charge des besoins en formation, initiale et continue, exprimés par le secteur de l'habitat pour garantir une main d'oeuvre nationale qualifiée et concrétiser les projets du plan quinquennal 2015-2019. A la faveur de cette convention, de nouveaux métiers seront introduits dans la nomenclature de la formation comme la promotion immobilière, la gestion des habitations, la maintenance des ascenseurs, la réhabilitation du vieux bâti. Des sessions de formations seront lancées à cet effet pour améliorer les performances des travailleurs selon les besoins exprimés notamment au niveau local dans le cadre de la formation continue outre la mise en place de centres d'excellence en collaboration avec les entreprises pionnières dans ce domaine. La convention s'inscrit également dans le cadre de la coopération déjà établie entre les deux secteurs. Une convention similaire avait été signée en septembre 2013 pour la formation de 71.000 personnes. Selon les chiffres du ministère de la Formation et de l'enseignement professionnels, les entreprises du secteur ont intégré 38.700 jeunes dans la formation initiale en 2014 et 42.400 autres en 2015. 15.000 employés ont bénéficié d'une formation continue durant ces deux années. La nomenclature de la formation sera dotée de 43 spécialités dans plusieurs domaines dont le coffrage, le revêtement, la marbrerie, la gestion des chantiers et des différents réseaux ainsi que la réhabilitation des sites archéologiques. Ces efforts s'inscrivent dans le cadre de l'adaptation des programmes de formation aux besoins du marché nécessaires à la réalisation de la croissance économique requise, a indiqué M. Tebboune qui a mis en avant l'importance d'introduire les nouvelles techiques de construction. Pour sa part, M. Mebarki est revenu sur la nécessité d'accorder la priorité au mode de formation par apprentissage pour améliorer l'employabilité, indiquant que la loi de Finances 2016 autorisait le Fonds national pour le développement de l'apprentissage et la formation continue (FNAC) à prendre en charge toutes les activités liées à ce mode. Le secteur vise à faire passer le taux d'apprentissage des personnes formées de 39% actuellement à 70% durant les prochaines années. M. Mebarki a fait savoir qu'un groupe de travail a été installé pour créer un pole d'excellence pour la formation qui regroupe plusieurs entreprises pionnières dans leurs spécialités sous la supervision du groupe Cosider soutenu par plusieurs entreprises.

APS.DZ

Dans des déclarations à la presse en marge de sa visite d'inspection aux projets relevant de son secteur à Alger, M. Tebboune a indiqué que "les décisions de pré-affectation devaient être remises aux souscripteurs au programme LPP en décembre 2015, cependant certaines données nous ont contraint à reporter cette opération", ajoutant que "cela se fera le 15 mars". Il a également annoncé que le prix définitif des logements serait évalué sur la base du prix du mètre carré, soit 95.000 DA, sachant que la superficie d'un F3 avoisine les 75 m² contre 100 m² pour F4 et 120 m² pour un F5. Le ministre a également inspecté deux projets de réalisation de logements LPP à Sidi Abdellah. Le premier compte 1.200 unités qui seront distribuées à partir du premier trimestre 2017, tandis que le deuxième prévoit la réalisation de 1.067 unités qui seront remise à leurs bénéficiaires à partir de fin mai 2016. La visite a été marquée par le lancement du projet d'aménagement de la nouvelle ville de Sidi Abdellah (voirie et réseaux multiples), confié à un groupe d'entreprisses, supervisé par "Cosider" qui a remporté deux marchés, le premier concerne les logements, d'un montant de 6,48 milliards de dinars et le deuxième les travaux d'aménagement de l'ordre de 77, 84 milliards de dinars. Le ministre a visité le projet du complexe pharmaceutique relevant du groupe "Sanofi", dans la même ville. L'entrée en production du complexe, appelé à devenir l'une des plus grandes usines pharmaceutiques en Afrique, est prévue à fin 2016. Plus de 100 classes de médicaments devraient être produits par le groupe "Sanofi", avec une capacité de 100 millions unités par an après la mise en exploitation de cette nouvelle structure. La visite a également concerné le pôle sanitaire, en cours de réalisation par l'investisseur, Pr. Yaker à Sidi Abdellah.

APS.DZ

11
janv.
LE CONGRES EXTRAORDINAIRE DE L'ONPI : LE RESUME
le lundi 11 janvier 2016, IMMO213
Le principaux points retenus sont les suivants : --------------------------------- Après le mot du président Mr SAHRAOUI à l'ouverture : ----------------------------- Mr Abrous, représentant du Chef du gouvernement Mr Sellal, assure que l'état est à l'écoute des problèmes du promoteur immobilier, et confirme que le citoyen est le seul garant de cette réussite. ------------------------------- La Secrétaire Générale de L'ONPI Mme BOUHIRED affirme que l'implication des jeunes est primordiale. Elle insiste sur la création d'une commission nationale, sous l'égide du ministère de l'habitat, mais aussi en contact avec le ministère du travail, le ministère de la formation professionnelle, de la solidarité, ainsi que le ministère des finances afin de remédier aux problèmes de la promotion immobiliere d façon efficace.--------------------------------- Mr Belayat Président de la Caisse Nationale du Logement CNL assure que son organisme est un partenaire des promoteurs immobiliers, que son organisme facilite quotidiennement la tâche aux citoyens, à titre d'exemple le dossier apporté par le citoyen aujourd'hui est à sa plus simple expression. ---------------------------------- Mr Djama, Président du fond de garantie salue l'initiative de L'ONPI, et confirme que les concessions deviennent des cessions alla fin des projets. ---------------------------------- Mme Chergou, du ministère de la formation professionnelle assure que son ministère est disponible pour les opérateurs économiques notamment les promoteurs immobiliers, et invite les entreprises à participer dans les programmes de formations. ---------------------------------- Mr Samir DJAMA, président de l'association des Promoteurs Immobiliers de Bejaïa, d'un ton très audible demande à l'administration plus d'écoute quant aux problèmes de la profession. L'association de Bejaïa est saluée par l'ONPI et qualifiée des plus actives en Algérie. ---------------------------------- Mr Athmane BOUHIRED' Trésorier Adjoint de L'ONPI appel à plus d'organisation dans la gestion et l'administration des biens, pour assurer la quiétude et le confort des clients. ---------------------------------- La clôture du congrès extraordinaire, et la récapitulation des 05 ateliers : - Atelier 1 : Réflexion et analyse des modalités d'application de la loi 11-04 et les contraintes rencontrées dans sa mise en œuvre. - Atelier 2 : Évolution des coûts réels et la fiscalité inhérente à la production du logement et l'impact es nouvelles technologies ( économie d'énergie) et nouveaux matériaux de construction dans la réalisation du logement. - Atelier 3 : Appréciation de la question foncière et modalité pour une meilleure redistribution des programmes publics. - Atelier 4 : Mise en place d'un guichet unique pour les acquéreurs (gestion, critère et conditions d'inscriptions). - Atelier 5 : Statut interne de l'ONPI ( Conditions et critères d'adhésion et déontologie de la profession).

IMMO213

11
janv.
Cette Organisation, première de son genre, est présidée par M’hamed Sahraoui, architecte urbaniste et promoteur immobilier, tandis que l’architecte urbaniste Houria Bouhired en est la secrétaire générale. «La corporation s’organise à l’échelle nationale, ambitionne de devenir une force de proposition organisée et un partenaire fiable, notamment par l’encadrement, pendant deux années, des jeunes issus de la formation professionnelle, aujourd’hui chômeurs, pour assurer non seulement la relève pour l’entretien permanent de nos immeubles et nos cités à travers le territoire national, mais aussi lutter contre le chômage, la précarité, le désordre urbain et l’exclusion», affirme ainsi l’ONPI. La création de cette entité intervient dans un contexte d’accélération des grands projets et programmes de construction de logements lancés par le gouvernement. Mais aussi sur fond de frictions incessantes entre les promoteurs et la tutelle, et de la dégradation continue du cadre de vie et de l’urbanisme des villes. Et s’ils déplorent l’attitude des autorités à leur égard, les promoteurs estiment que de nombreuses dispositions introduites dans la gestion du secteur sont autant d’entraves à leurs activités, que cela soit en termes de tarifications, de taxes et de modalités de paiement, que pour ce qui a trait à leurs rôles dans les distributions de logements. «Prochainement, les promoteurs vont livrer 110 000 logements, c’est autant de toits pour des familles. Ce programme aurait pu être réalisé plus rapidement, si nous n’avions pas eu à nous substituer aux services sociaux et à consacrer un budget temps conséquent pour satisfaire aux exigences administratives. Or ces surcharges de travail sont sans rapport avec notre profession et ne relèvent aucunement de nos compétences», déplore ainsi dans son allocution Mme Bouhired. «La moitié des secrétariats est ainsi mobilisée pour compléter les dossiers des candidats désignés par les administrations, arbitrer les divorces, certifier les décès, déjouer les fraudes, etc.», ajoute-t-elle. «L’État doit assurer son rôle d’administrateur auprès des citoyens, car ce n’est pas celui du promoteur, tout comme une solution conjointe doit être trouvée en ce qui concerne la gestion des biens communs et les règlements de copropriété», conclut-elle. De même, de nombreuses problématiques ont été soulevées par les participants à ce congrès, telle l’utilisation des nouvelles technologies dans la construction, pour un temps de réalisation plus court, ou encore l’octroi de permis de travail aux migrants et réfugiés présents sur le sol algérien, et ce, afin de pallier au manque de main-d’œuvre et réguler un tant soit peu le manque à gagner occasionné au Trésor public par leur embauche «au noir».

El Watan

Le président de l'Organisation nationale des promoteurs immobiliers (ONPI), M'hamed Sahraoui, a annoncé samedi à Alger la préparation de l'ouverture du parc foncier relevant de l'Etat aux promoteurs privés pour la réalisation de logements à caractère commercial contre l'affectation d'un quota de pas moins de 10 % du projet aux programmes de logements sociaux. Dans des déclarations à la presse en marge du premier congrès de l'O.N.P.I, M. Sahraoui a précisé qu'une réflexion est lancée sur une nouvelle réglementation qui permettra aux promoteurs immobiliers privés de bénéficier d'un abattement sur les prix du foncier relevant du domaine privé de l'Etat en contrepartie d'un engagement pour la réalisation d'un quota de logements à caractère social de pas moins de 10 % du volume du projet. La règlementation s'inscrit dans le cadre du renforcement du rôle du privé dans le secteur du logement qui prévoit le règlement de la crise du logement d'ici 2019 grâce aux programmes publics avant de procéder à la gestion des nouvelles demandes du marché en comptant essentiellement sur les promoteurs privés. Le gouvernement avait promulgué en octobre 2015 un décret exécutif qui encadre l'opération d'octroi de contrats de concession sur les terres relevant des biens de l'Etat, consacrées à la réalisation de projets de promotion immobilière à caractère commercial. Le parc foncier public s'est doté récemment d'importantes assiettes récupérées après les opérations de relogement qui ont atteint un niveau record en 2015. Le représentant du ministère de l'Habitat, Mohamed Zahana, a souligné que ce nouveau dispositif permettra de réaliser l'équilibre économique exigé pour les privés. Ces derniers avaient participé à la réalisation de programmes sociaux et participatifs à des prix qui ne servent pas leurs intérêts et ne couvrent pas parfois le coût de réalisation, a-t-il expliqué. 5.900 promoteurs immobiliers en Algérie A l'ouverture du congrès, la secrétaire générale de l'organisation, Houria Bouhired a demandé la révision des prix de la réalisation des logements dans le cadre de programmes publics, soulignant la nécessité d'adapter le système fiscal à la nature de cette profession et de faciliter l'accès aux financements bancaires. Elle a également appelé à créer un guichet unique pour la réception et le traitement des dossiers de souscription au niveau des promotions immobilières indépendantes qui nécessitent des compétences administratives et non pas des promoteurs immobiliers. "En tant que promoteurs, nous ne disposons pas de la formation nécessaire pour gérer les affaires administratives", a-t-elle expliqué. Mme Bouhired a, entre autres, souligné la nécessité de tirer profit de la formation et de l'appui nécessaires pour prendre en charge la gestion immobilière, à savoir la maintenance des ascenseurs, la sécurité, l'hygiène et autres. Selon le règlement appliqué aux promoteurs immobiliers, ces missions doivent être assurées pendant deux ans à compter de la remise des clefs, après quoi les locataires prennent en charge la gestion immobilière de leurs immeubles. Une commission mixte regroupant les promoteurs immobiliers et les représentants des départements ministériels sera prochainement créée pour examiner la question. Créée en novembre dernier, l'ONPI veille à défendre les intérêts de ses membres à travers le dialogue avec les différents intervenants dans ce domaine, selon le président de l'organisation. Le ministère de l'Habitat recense quelque 5.900 promoteurs immobiliers en Algérie. APS

APS

O.N.P.I ( Organisation Nationale des Promoteurs Immobiliers) Communiqué n°02 Alger le 30/12/2015 – Nous informons l’ensemble des promoteurs immobiliers agréés, principalement des Wilayas suivantes, que le dernier délais d’inscription pour participer au congrès extraordinaire du 9 janvier 2016 à l’hôtel Aurassi d’Alger est fixé pour le 05 janvier 2016 (inclus). Nous informons aussi nos confrères promoteurs qu’il est impératif de faire acte d’adhésion en remplissant le formulaire prévu à cette effet et disponible 24h/24h sur le site WEB de l’ONPI : www.onpi-dz.org Les Wilayas qui doivent se mobiliser : Tamanrasset ; Béchar ; Laghouat ; Mascara ; Tlemcen ; Sidi-Belabes ; Mostaganem, Chlef ; Médéa ; Djelfa ; Bouira ; Ouargla ; Tebessa ; Jijel ; Illizi ; Tindouf ; Souk-Ahras ; Naama ; Tipasa ; Khenchla ; El-Oued ; Tissemsilt ; El-Bayadh ; Ain Témouchent. Les promoteurs des autres Wilayas doivent continuer à se mobiliser en se rapprochant du collectif en place pour la préparation du congrès extraordinaire au numéros suivant 021739967 et 021739982 ou par E-mail à l’adresse suivante : contact@onpi-dz.org Chaque Wilaya du pays doit avoir une bonne représentativité nous devons préparer activement, ensemble, cet événement important pour marquer le début des activités de notre jeune Syndicat et préparer l’avenir dans les meilleures conditions. La Secrétaire Générale Mme Houria BOUHIRED Pour le Bureau National

IMMO213

3
janv.
L'organisation nationale des promoteurs immobilier communique sur son site web www.onpi-dz.org son obtention de l'agrément, il apparait ce qui suit : " Les membres du bureau national de l’ONPI (ex UNPI) informe l’ensemble des promoteurs immobiliers Algériens que notre organisation syndicale est agréé depuis le 08 novembre 2015. Le président et les membres du bureau informent l’ensemble des promoteurs agréés de la tenue prochaine de son premier congrès."

IMMO213

ALGER- Les pouvoirs publics comptent faciliter davantage l'accès aux opérateurs économiques au foncier, notamment celui destiné à la construction de projets d'investissement, à travers l'introduction de nouvelles dispositions dans le projet de loi des finances 2016 (PLF 2016). Ainsi, les opérateurs privés pourront créer, aménager et gérer des zones d'activité ou de zones industrielles à travers le territoire national, à condition qu'elles ne soient pas sur des terrains agricoles. L'objectif recherché par cette mesure, explique l'exposé des motifs, est d'appuyer la politique d'investissement des pouvoirs publics visant à augmenter substantiellement l'offre foncière économique et faire face à la "lourde demande" pour la réalisation de projets d'investissement. Face à cette situation, "il s'avère opportun d'impliquer tous les acteurs potentiels et de permettre aux acteurs privés de valoriser leurs patrimoines fonciers en les mettant à la disposition des investisseurs". Mais la création et l'aménagement de ces zones, ajoutent les concepteurs de ce projet de loi, doit se faire sur la base d'études préalables et tenant compte des besoins en relation avec la politique d'aménagement du territoire. Lors de son intervention à la dernière réunion de la tripartite, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait assuré que ce problème du foncier serait "définitivement résolu d'ici six mois". A cette même occasion, le ministre de l'Industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb, avait annoncé la libération, durant octobre en cours, de 31 parcs industriels sur les 49 inscrits à travers le territoire national. Il avait également indiqué que l'Agence nationale d'intermédiation et de régulation foncière (Aniref) allait connaître une "profonde réorganisation" afin de se focaliser sur sa mission principale, à savoir la facilitation d'accès au foncier pour les investisseurs. Sur un autre plan, le PLF 2016 indique que les terrains relevant du domaine privé de l'Etat destinés à la réalisation de projets d'investissement à caractère touristique font l'objet d'une concession convertible en cession, conformément à un cahier des charges, à condition de la réalisation effective du projet constaté par un certificat de conformité. Et pour contribuer à l'assainissement de la situation qui prévaut actuellement sur le marché du foncier économique lequel subit une forte pression, le PLF 2016 propose d'augmenter la taxe sur les terrains constructibles non exploités. "Pour les terrains situés dans les secteurs urbanisés ou à urbaniser qui n'ont pas fait l'objet d'un début de construction depuis trois ans à compter de la date d'obtention du permis de construire, les droits dus au titre de la taxe foncière sont quadruplés". Autorisation de financements extérieurs pour les investissements étrangers Par ailleurs, dans le cadre de soutien à l'investissement, l'article 58 de la PLF 2016 note que les financements nécessaires à la réalisation des investissements étrangers, directs ou en partenariat, à l'exception de la constitution du capital, sont mis en place, en règle générale, par recours au financement local. Néanmoins, poursuit l'article, le recours aux financements extérieurs indispensables à la réalisation des investissements stratégiques par des entreprises de droit algérien, sont autorisés, au cas par cas, par le gouvernement. Le texte rappelle que depuis 2009, il y a une obligation de se financer par des ressources locales en vue d'optimiser l'usage des ressources existantes et éviter d'alimenter les niveaux de pressions d'endettements extérieurs.

APS.DZ

Le retrait des ordres de versement concernant cette tranche qui représente 5% du prix du logement, se fera au niveau de la direction générale de l'Agence de l'amélioration et du développement du logement (AADL) sise à Saïd Hamdine (Alger) ainsi qu'au niveau de ses agences de wilayas, ajoute la même source. La direction générale de l'AADL appelle les souscripteurs à visiter son site "www.aadl.com.dz" pour connaitre la date du rendez-vous fixé pour le retrait de la convocation et se présenter personnellement à l'agence. Les rendez-vous seront fixés progressivement sur le site, précise le ministère qui appelle les souscripteurs à respecter leurs rendez-vous.

APS.DZ

Le ministère a rappelé que les 4200 souscripteurs aux programmes "AADL" 2001-2002 transférés vers la formule LPP bénéficieront d'une réduction du montant de la deuxième tranche. Les souscripteurs pourront retirer les ordres de versement de la deuxième tranche au niveau des structures d'accueil où s'est déroulée l'opération de versement de la première tranche avec une durée de validité d'un mois de l'ordre de versement à compter de la date de retrait. La même source a rappelé que l'ordre de versement ne peut être ni prolongé ni renouvelé et que toute personne n'ayant pas honoré son engagement de versement, perdra automatiquement la qualité de souscripteur. Par ailleurs, la même source rappelle que la direction de l'Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI), informe les souscripteurs ayant versé la première tranche, que le choix des sites débutera le 1 décembre via internet.

APS.DZ

Les contrats ont été attribués par des représentants du ministère de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville aux gérants de quatre (4) entreprises spécialisées dans la maintenance des ascenseurs, le nettoyage et l'assainissement. La cérémonie de remise des documents s'est déroulée, à titre symbolique, à la cité AADL d'El Achour (Alger) en présence notamment du directeur du logement au ministère, Kamel Naceri, et du directeur général de l'Agence de l'amélioration et du développement du logement (AADL), Mohamed Tarek Belaribi. Cette attribution vient en application de la convention signée en septembre dernier entre le ministère de l'Habitat, celui du Travail et l'UGTA, permettant la création de groupements d'entreprises créées dans le cadre des dispositifs de soutien à l'emploi de jeunes (ANSEJ et CNAC). Une vingtaine d'entreprises avaient alors conclu des contrats avec l'AADL pour la gestion des cités de logement, alors qu'une trentaine de nouvelles demandes sont en cours d'étude, a indiqué M. Belaribi. "Nous allons commencer par les cités les plus dégradées", selon lui. Le nombre de logements AADL est estimé à 55.000 unités en plus du programme prévisionnel de 200.000 unités en cours de réalisation. Le même responsable a affirmé que les clauses du contrat liant les entreprises en question et l'AADL sont bien définies et sont accompagnées d'un cahier des charges portant sur les prestations que doit fournir l'entreprise, ainsi que les dispositions relatives à la résiliation du contrat dans le cas échéant et au contrôle de l'opérateur public. Pour l'un des jeunes bénéficiaires de ce contrat, M. Mossadek Yacine Kaïdi, directeur d'une PME chargée de la réparation et de la maintenance des ascenseurs, "l'obtention de ce contrat est une chance inouïe" puisqu'il a réussi à concrétiser son projet grâce aux avantages qu'offre l'Etat dans le cadre des dispositifs d'aide à l'emploi. L'entreprise de ce jeune entrepreneur, qui a fait une formation en France dans le domaine des ascenseurs chez l'un des leaders mondiaux en la matière, emploie trois techniciens qualifiés et des apprentis. "Nous comptons beaucoup sur l'apprentissage et la transmission du savoir, d'autant plus que la spécialité d'installation et de maintenance des ascenseurs est quasiment inexistante localement", déclare-t-il.

Aps.dz